Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie

Hervé Billaut est un conteur de sons. Après avoir fait revivre l’Espagne d’Isaac Albéniz dans une intégrale remarquée d’Iberia, ses deux derniers enregistrements consacrés à Gabriel Fauré et Paul Dukas ont été salués par la critique nationale et internationale. A la Roque d’Anthéron où il est régulièrement invité, comme à Grenade, Paris, Toulouse ou lors de la « Folle Journée », le public l’a suivi avec enthousiasme dans ces voyages musicaux, dont la presse a rapporté des échos admiratifs.
 
Car être musicien, selon cet explorateur de partitions, c’est dépasser sa brillante technique pianistique pour créer un univers de sensations, d’impressions, de couleurs. Lui qui sait si bien transmettre cette exigence de concertiste, n’a pas tardé à devenir un pédagogue recherché au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où il a enseigné pendant dix ans. Mais le professeur est passé lui aussi par un rigoureux apprentissage : enfant doué, il étudie auprès de Germaine Mounier et Jean Hubeau à Paris, obtient à l’âge de seize ans les plus hautes récompenses du Conservatoire.
 
En 1983, il remporte le troisième Grand Prix Marguerite Long, parmi de nombreuses distinctions dans d’importants concours internationaux (Viotti, 1981 ; Vercelli, 1982 ; Epinal, 1983 ; Pretoria, 1990 ; Tokyo, 1995). Il fait alors le tour du monde, jouant dans les plus grandes métropoles au gré, notamment, des escales du porte-hélicoptères  Jeanne d’Arc, sur lequel il effectue son service national. De ces voyages, il rapporte deux richesses essentielles : un répertoire magnifique, de Bach à Castérède, et une expérience de la scène acquise au contact des publics les plus divers. Mozart, Chopin, Schumann, Debussy, Ravel... il les a interprétés partout dans le monde, de la Salle Pleyel au Théâtre des Champs-Élysées en passant par le Teàtro Real de Madrid.
 
Les relations artistiques qu’il a su nouer dévoilent une personnalité ouverte et généreuse : invité régulier de la Maison de la Radio, il participe fréquemment aux émissions de France Musique ; soliste de l’Orchestre National de France, de l’Orchestre National de Lyon, de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, de l’Orchestre des Pays de Savoie ou de l’Orchestre Symphonique de Québec, il joue sous la direction de John Eliot Gardiner et Yehudi Menuhin ; chambriste fervent, il partage des moments complices avec les pianistes Guillaume Coppola, Frank Braley, Philippe Cassard et Cédric Tiberghien, le quatuor Debussy, le trompettiste David Guerrier, le clarinettiste Michel Portal, parmi tant d’autres. Sur scène, Hervé Billaut joue comme il est : il va droit à l’essentiel.