Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Adresse

15 rue Sorbon 51370 Saint Brice Courcelles

Localisation

Histoire du lieu

Courcelles. La maison de plaisance d’un industriel rémois.
 
L'almanach du département de la Marne pour l'année 1829, décrit la maison : «  il y a à Courcelles trois maisons bourgeoises. M. Jobert-Paquot vient de faire rebâtir la sienne par un jeune architecte de Paris, qui lui a fait plutôt un petit palais qu'une maison de campagne ». Le jeune architecte de Paris est Antoine-Martin Garnaud, prix de Rome 1817. Auteur d’un traité d’architecture chrétienne il a notamment construit l’Eglise de Decazeville, et le cénotaphe de Louis-Napoléon, Roi de Hollande à Saint-Leu-la-Forêt. Il participa au concours pour l’édification de l’Opéra de Paris… mais Garnier lui fut préféré.
 
A Courcelles, il décidera donc de construire une maison néoclassique : de plan rectangulaire, le bâtiment présente une élévation sur deux niveaux.  Les  façades  possèdent des  percements réguliers identiques de chaque côté, rythmés par des pilastres d'ordres toscan et ionique. Les trois travées centrales sont surmontées d'un fronton et forment légèrement avant-corps.
 
La famille Jobert est connue à Reims. Jobert-Lucas, avocat puis filateur et banquier, député libéral, domine la vie politique rémoise du Directoire à 1830. Jobert-Paquot, son fils, est né à Reims en 1794. En 1832, à la suite de la faillite de Jobert-Lucas, Courcelles, à peine construite, est  revendue.  En 1857 M. Marguet, notaire à Reims, marié à une petite nièce de Jobert-Lucas, en fait l'acquisition.
La maison est restée depuis dans sa descendance.
 
Le dernier Conseil de Gouvernement du Second Empire
 
Les 22 et 23 août 1870 à Courcelles, Napoléon tint un Conseil de Gouvernement, auquel participèrent Mac-Mahon et des représentants envoyés par l'Impératrice Eugénie, régente : l'ancien Président du Conseil et président du Sénat, Rouher, le préfet de Police Piétri... Lors de ce conseil, il fut décidé que le maréchal de Mac-Mahon, à la tête de l'armée reconstituée de Châlons, se dirigerait sur Metz pour délivrer Bazaine encerclé. Le 2 septembre, à Sedan, c'était la capitulation.
 
Restaurée après la première guerre mondiale, la maison a été inscrite à l’inventaire des monuments historiques en 1999.

Les événements

  • Archives 2013
  • Concert n°3 du 22/06/2013 à 16h00

Les médias