Concert de Clôture

Jeudi 12 juin 20h. Basilique Saint-Remi


 Sous la direction du dynamique chef italien Enrique Mazzola, l’Orchestra National d’Ile de France présentent l'épopée de La Création selon Joseph Haydn : un monumental oratorio qui dépeint de façon inoubliable les orages, les éclairs et les rugissements des bêtes sauvages, tout en donnant voix au duo d’Adam et Ève.
 
C’est à Londres que naquit l’idée d’un oratorio sur le sujet de la Création, et c’est à Vienne que cette idée prit forme. En effet, un livret anglais, d’abord destiné à Haendel et inspiré du Paradis perdu de Milton, fut remis à Haydn en 1795, alors qu’il se trouvait à Londres. Haydn préféra travailler sur un livret allemand, et chargea le baron van Swieten de son élaboration. Créée le 19 mars 1799 au Burgtheater de Vienne, Die Schöpfung fut un triomphe, que Londres ne tarda pas à adopter dans sa version anglaise.
Des trois oratorios écrits par Haydn, La Création est sans doute le plus important, par la fusion qu’il opère entre profane et sacré, et par l’inventivité constante du langage musical. Le compositeur décrit avec un réalisme inouï la création de l’univers selon la Genèse, depuis la naissance de la lumière jusqu'à celle des premiers hommes. Immense passerelle entre le classicisme et le premier romantisme, l’œuvre impressionne par ses descriptions musicales qui en font l’équivalent d’un bestiaire sonore et traduisent de manière saisissante l’épisode du chaos originel.
Pour mettre en œuvre cette épopée, Haendel emploie le procédé de la musique descriptive, et en particulier celui des figuralismes. Le compositeur  illustre par exemple « la représentation du Chaos » par l’absence de résolutions harmoniques dans la partie initiale. « Vous avez certainement remarqué, précise-t-il, que j’ai évité les résolutions auxquelles on s’attend le plus. C’est que rien n’a encore pris forme. » Les procédés imitatifs proprement dits sont également présents, depuis les « vagues écumantes » du numéro 6, lors de la création de la Terre et de la Mer, jusqu’au chant des oiseaux (au numéro 14).
Cet usage pittoresque de la musique descriptive fut sans doute pour beaucoup dans l’immense succès que connut La Création.

 
 
N'oubliez pas de réserver vos places en cliquant juste >>ici<<

Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Suivez-nous

Espace dons

Espace dons

Facebook

Instagram