Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie

L’histoire du Théâtre du Nord-Ouest est sans doute riche en événements passionnants. Elle ne saurait cependant faire oublier celle de la Compagnie de l’Élan sans laquelle il n’existerait pas. Fondée en 1968 elle prend un modeste départ sur la scène théâtrale en donnant leDom Juan de Molière au lycée Janson de Sailly à Paris, suivi, d’ores et déjà, de créations originales, Histoire de Roi et Les Méfaits de Tchekhov.
Officiellement formée en 1976 elle prend un nouvel essor sous la double direction d’Éric Laborey et Jean-Luc Jeener qui s’attachent à la création d’auteurs contemporains et à la représentation de dramaturges alors peu connus en France – dont l’Africain Wole Soyinka.
En 1986, c’est à l’Église Saint-Eustache de Paris que la troupe trouve enfin un lieu à la mesure de son ambition. Dans la crypte Saint-Agnès – souvent évoquée amicalement comme “La Crypte” par ses intimes – elle trouve un cadre en parfait accord avec ses principes de communion, de dépouillement, d’austérité.
Tout en poursuivant la création de pièces contemporaines, de Jean-Luc Jeener, Patrice Le Cadre ou Claude-Henri Rocquet, la compagnie puise pour la première fois dans le répertoire classique.PhèdreBéréniceBajazet de Racine, Le Misanthrope et Le Tartuffe de Molière, Le Cid de Corneille font six mois par an vibrer les spectateurs.
Le succès grandissant du nouveau regard que la Compagnie souhaite jeter sur la création théâtrale lui attire rapidement les faveurs d’un public convaincu. Accompagnant les âmes du mouvement au travers des péripéties qui font du théâtre une expérience humaine sans pareil, il se soude progressivement en un noyau fidèle, fervent, riche en idées et suggestions.
De nouveau sur la route, la Compagnie se retrouve, dès 1995, à la recherche d’un nouveau lieu de représentation, un lieu cette fois-ci à même d’accompagner sa vision jusqu’au bout. C’est en 1997 qu’elle jette son regard sur un fond de cour méconnu, le Passage du Nord-Ouest. Tous retroussent alors leurs manches pour créer le théâtre que nous connaissons aujourd’hui.