Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie


Le contrebassiste américain Barre Phillips a joué un rôle majeur dans l'émancipation de la contrebasse, transposant des techniques issues de la création contemporaine au domaine du jazz. Adepte du solo, qu'il a été parmi les premiers à expérimenter, il compte au nombre de ces musiciens de référence pour des générations de contrebassistes attirés par les vertus de la libre improvisation


Originaire de San Francisco, Barre Phillips a étudié la contrebasse classique avec Frederick Zimmermann à New York. Pendant les années 1960, il enregistre avec Archie Shepp, Lee Konitz et Marion Brown. En 1968, il est le premier contrebassiste à publier un album entièrement réalisé en solo, « Journal Violone ».


Installé définitivement en France en 1969, il forme The Trio avec John Surman et le batteur Stu Martin, groupe emblématique de l'époque. Par la suite, l'enregistrement de « Music From Two Basses » en duo avec Dave Holland marque la première d'une série de rencontres avec d'autres contrebassistes. Son travail alterne alors les expériences d'improvisation en solo et les rencontres avec des musiciens évoluant aux confins de la musique improvisée et de la création contemporaine (avec le pianiste Denis Levaillant, le London Jazz Composers Orchestra, etc.). Il compose aussi des musiques de films pour Jacques Rivette, Robert Kramer et des musiques de ballet pour Carolyn Carlson. En 1992, il enregistre avec Ornette Coleman la bande originale du film Naked Lunch. Deux ans plus tard, il renoue avec deux compagnons de ses débuts, le pianiste Paul Bley et le saxophoniste Evan Parker (« Time Will Tell », ECM). Il poursuit  aujourd’hui sa riche aventure au cœur des musiques improvisées.


Les événements

  • Archives 2011
  • Concert n°69 du 08/07/2011 à 23h00