Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie

Quai n°5, vous les avez forcément vus, que ce soit au Bataclan, aux Victoires de la musique classique, à l’Olympia en première partie de Juliette, dans une des nombreuses villes de France où ils se produisent, ou entendus à la radio puisqu’elle a largement accompagné la sortie de leurs disques chez Decca, la création de leur premier programme, « Métamorphoses », et, en 2015, celle de leur deuxième programme, « Station Opéra », créé au Parc Floral de Paris en septembre.
Quai n°5 s’amuse – car les musiciens-complices prennent un énorme plaisir sur scène et cela se voit –à transformer, de manière tout aussi brillante que naturelle, les pièces du Grand Répertoire en morceaux de samba, de tango, de jazz, de rock, de blues ...
« Métamorphoses », le programme qui les a fait connaître, leur carte de visite en quelque sorte, c’est une heure vingt de plaisir rare qui réunit dans le même enthousiasme les mélomanes convaincus, qui s’amusent à retrouver les morceaux classiques qu’ils connaissent par cœur, et ceux qui, n’ayant pas l’habitude de venir aux concerts, trouvent là une façon naturelle d’aller sans complexe sur un terrain qu’ils connaissent peu : le programme « Métamorphoses » est présenté à la fin du document avec un lien d’écoute d’un de leur concert « en live ».
 
Avec « Station Opéra » et l'arrivée de la soprano Magali Léger, dont la carrière a pris une dimension internationale depuis qu’elle a été nommée dans la catégorie "Révélation" des Victoires de la Musique en 2003, Quai n°5 change de voie et s'enrichit d'une nouvelle couleur permettant ainsi à
Stéphane Logerot de recomposer une musique très originale incluant des grands arias.
Qui de Verdi, Puccini, Haendel, Bizet, Mozart, Bach ou Saint-Saëns est l'inventeur et le précurseur de nos chansons actuelles ? Est-ce la Traviata, Carmen, Mimi, Paillasse, Rodolphe, le chœur des esclaves qui inspira le fado, le R'n'B, la bossa nova ou encore le rap ?
 
Le spectacle « Station Opéra » raconte, au fil des airs et des chansons mises en spectacle, l’opéra en tant que lieu de vie, ce lieu où l'on mangeait, discutait mais surtout où l’on bissait, trissait et fêtait des mélodies que le grand public s'appropriait à sa guise puisque, ne l’oublions pas, le chant est le premier mode d'expression musicale, que, bien qu’il les destinât à la Cour du Roi, Lully vendait ses divertissements au peuple, que les castrats étaient les pop-stars du moment et que Verdi écrivait surtout pour les petites gens.
 
… Et les musiciens dans tout cela ?
 
Si Magali Léger est l’invitée de l’ensemble pour « Station Opéra », il est temps de vous dire ou de vous rappeler qui sont les cinq complices de Quai n°5, rassemblés par le même goût du jeu musical transcendé par l’esprit créatif de Stéphane Logerot, compositeur et contrebassiste de l’Orchestre National de France.
Ce ne sont que des musiciens connus puisqu’il s’agit du violoniste Jean-Marc Phillips-Varjabédian, du pianiste Romain Descharmes, du percussionniste François Desforges, de l’accordéoniste Rémy Poulakis et, bien sûr, de Stéphane Logerot. Si ces cinq artistes forment le socle de Quai n°5, en fonction des indisponibilités, d’autres musiciens amis peuvent jouer au sein de la formation comme cela est arrivé, avec le même succès public, à quelques reprises.
Pour « Station Opéra », si la voix féminine est en de bonnes cordes vocales avec Magali Léger, il fallait aussi une belle voix masculine : le choix s’est imposé de lui-même puisque Rémy Poulakis ne se contente pas d’être l’excellent accordéoniste de la formation ; il est aussi un remarquable ténor.

Les événements

  • Archives 2016
  • Concert n°7 du 26/06/2016 à 18h00

Les médias