Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie


Pedro Soler a fait ses premiers pas de guitariste flamenco à Toulouse avec les andalous républicains exilés de l'Espagne franquiste. Il se retrouve rapidement en Espagne où Jacinto Almaden l'engage comme second guitariste pour de longues tournées au cours desquelles il apprend les arcanes de cet art en accompagnant d'abord la danse puis le chant auprès du maître Pepe de Badajoz. Avec celui-ci il  partagera l'accompagnement d'un mémorable récital d'Almaden à Madrid au teatro de la Comedia à Madrid.

Emule de Don Ramon Montoya, Pedro Soler se fait remarquer pour la pureté de son style et son étonnante sonorité. Il entame une carrière de soliste qui ne l'éloigne pas de l'accompagnement du chant et de la danse. Pendant de longues années, il accompagnera le maître Pepe de la Matrona, Juan Varea, Enrique Morente, la danseuse "La Joselito" entre autres.

Pedro Soler joue dans le monde entier, du Brésil au Japon, de Russie en Afrique, donne des récitals à la salle Gaveau, le Queen Elisabeth Hall, la Philharmonie de Berlin. Une récente et longue tournée en Inde lui a permis de se rapprocher des sources orientales du flamenco.

Il crée des spectacles avec Germaine Montero (F.G. Lorca), Maria Casarès (A. Machado). Une longue amitié avec Atahualpa Yupanqui est à l’origine d’un triple récital (avec Oscar Caceres) Trois amis – trois guitares.

Depuis une dizaine d'années, Pedro Soler s'ouvre à diverses rencontres musicales avec Raul Barboza, Renaud Garcia-Fons ou Benat Achiary comme avec le musicien indien Ravi Prasad, ou la comédienne Anne Alvaro. En 2010 , il a enregistré à New York un CD avec le violoncelliste Gaspar Claus « Barlande ». Autant de dialogues fascinants.
Pedro Soler a enregistré pour RCA Victor, Decca, Le Chant du Monde, Al Sur, Infine  et CBS. Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros, il a reçu également en Allemagne le "Deutsche Schallplattenpreis". Il enregistre aujourd’hui chez « nord-sud ».

Lorsqu'il représenta la guitare flamenca au théâtre de Jean-Louis Barrault, ce dernier dit de lui: "Parmi toutes les guitares qui chantent et font danser dans le monde, il en est une particulièrement pure, c'est celle de Pedro Soler." Et Miguel Angel Asturias, prix Nobel de Littérature, écrit: "Les doigts de Pedro Soler sont les cinq sens de la guitare, dans ses mains, elle regarde, écoute, chante, souffre et parle."
 

Les événements

  • Archives 2014
  • Concert n°49 du 08/07/2014 à 16h00

Les médias