Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie


Né à Paris en 1958, Lambert Wilson a fait trois ans d'études théâtrales au Drama Centre de Londres (1975-78). Fred Zinnemann lui confie son premier grand rôle cinématographique dans Five Days one summer (1981) aux côtés de Sean Connery, après l'avoir fait débuter à l'écran dans Julia (1977) aux côtés de Jane Fonda. Lambert a été l'interprète de Andrzej Zulawski (La Femme Publique, 1983), Véra Belmont (Rouge Baiser, 1984, Marquise, 1996), André Téchiné (Rendez-vous, 1984), Luigi Comencini (La Storia, 1985), Claude Chabrol (Le Sang des Autres, 1987), Philippe de Broca (Chouans, 1987), Andrzej Wajda (Les Possédés, 1987), Peter Greenaway (Le Ventre de l'Architecte, 1987), Carlos Saura (El Dorado, 1987). Il est aussi l'interprète de Georges Wilson (La Vouivre, 1988), de Denis Amar (Hiver 54, 1989) et a obtenu le prix Jean Gabin pour son interprétation. Également de Richard Dembo (L'Instinct de l'Ange, 1992) de James Ivory (Jefferson in Paris, 1994), de John Duigan (The Leading man, 1996), d'Alain Resnais (On connaît la chanson, 1997, Pas sur la bouche, 2003, Cœurs, 2006), de Jacques Doillon (Trop (peu) d'amour, 1997), de John Duigan (The Leading man, 1997), de Deborah Warner (The last September, 1998), de Fabien Onteniente (Jetset, 1999), de Raùl Ruiz (Combat d’amour en songe, 2000).

Plus récemment il a travaillé avec Jean-Paul Lilienfeld (H.S, 2000), les Frères Wachowski (Matrix II – Matrix III, 2001), Richard Donner (Timeline, 2002), Valéria Bruni-Tedeschi (Il est plus facile pour un chameau, 2002), René Manzor (Dédales, 2002), Nadine Trintignant (Colette, 2003), Pitof (Catwoman, 2004) avec Halle Berry et Sharon Stone, Sophie Fillieres (Gentille, 2004), Valérie Lemercier (Palais Royal !, 2004), Diane Kurys (l’Anniversaire, 2005), Breck Eisner (Sahara, 2005), Michael Ratford (Flawless, 2006) avec Demi Moore et Michael Caine, Marc Caro (Dante 01, 2006), Mathieu Kassovitz (Babylon A.D, 2007), Pascal Bonitzer (Le grand alibi, 2007), Vincent Garenq (Comme les autres, 2007), Thomas Gilou (Victor, 2008), Alexandre Charlot et Franck Magnier (Imogène, 2009), Xavier Beauvois (Des hommes et des dieux, 2009), Bertrand Tavernier (La princesse de Montpensier, 2009), d’Alain Chabat (Le Marsupilami, 2010), d’Alain Resnais (Vous n’avez encore rien vu, 2011), de Xavier Palud (A l’aveugle, 2011) de Laurent Herbier (Manipulations, 2012) de Philippe Le Guay ( Alceste à bicyclette, 2012) de Philippe Laveine ( Barbecue, sortie avril 2013) et de Andrew Piddington ( Sins of the father, sortie en 2013).

Au théâtre, Lambert Wilson a travaillé avec Lucian Pintilié (Les Derniers, de Gorki, 1978), Marcel Maréchal (Graal Théâtre, de Florence Delay, 1979), Jean-Louis Barrault (L'Amour de l'Amour de JL Barrault, 1981), Pierre Boutron (Leocadia de Jean Anouilh, 1984), Simon Callow (La Machine Infernale de Jean Cocteau, avec Maggie Smith, à Londres, 1986), Antoine Vitez (La Célestine de F. de Rojas, avec Jeanne Moreau, 1989), Georges Wilson (Eurydice de Jean Anouilh, avec Sophie Marceau, 1991 et Ruy Blas de Victor Hugo, 1992), Bernard Murat (Pygmalion de GB Shaw, 1993), Sean Mathias (A little Night Music, de Stephen Sondheim au National Theatre de Londres, 1996), Harold Pinter (Ashes to Ashes, de H.Pinter, 1998), Jacques Lassalle (La controverse de Valladolid, de Jean-Claude Carrière, 1999), Hélène Vincent (Les créanciers, de August Strindberg, 2005).

Il a mis en scène et a interprété Les Caprices de Marianne d'Alfred de Musset en 1994 au Théâtre des Bouffes du Nord et en tournée dans toute la France. Dans le cadre du Festival d’Avignon 2001, il a mis en scène et a interprété Bérénice de Jean Racine, avec Kristin Scott-Thomas et Didier Sandre. Ce spectacle a également été présenté au Théâtre National de Chaillot à la rentrée 2001 et en tournée dans toute la France.

En 2008, Lambert met en scène à nouveau Bérénice, avec Carole Bouquet et Georges Wilson dans le rôle de Paulin, au théâtre des Bouffes du Nord de Paris, et en 2009, Musical avec Fany Ardant, puis dernièrement dans ce même théâtre La Fausse Suivante de Marivaux.

Sa formation théâtrale l'a poussé parallèlement à travailler le chant. Il a étudié le répertoire de la comédie musicale américaine et a enregistré un album consacré aux grands standards du genre, Musicals (1989) chez EMI, dirigé par John Mc Glinn.

En 1990, Lambert Wilson a présenté au Casino de Paris, puis en tournée en France, un spectacle musical, "Lambert Wilson Chante", mis en scène par Jean-Claude Penchenat et Bruno Fontaine à la direction musicale. Avec ce dernier, il a enregistré en 1996 un album des plus belles chansons du cinéma français (Démons et Merveilles, Virgins Classics), qui a donné naissance à un spectacle du même nom, mis en scène par Tilly et présenté au Théâtre des Abbesses en avril 1997. Ce spectacle a été présenté dans le cadre d’une tournée en France et à l'Étranger. En 2004, il produit et interprète le spectacle musical “Nuit Américaine“, mis en scène par Hélène Vincent et demande à Régis Huby de prendre la direction musicale. Ce spectacle a été présenté à la Cité de la musique de Paris, à l’Opéra Comique et en tournée dans toute la France.

Il a sorti en octobre 2007 son premier album de variétés, intitulé “Loin” (Virgin Classics). En 2010, au Théâtre du Chatelet Lambert Wilson sera distribué dans “A Little Night Music”, comédie musicale de Stephen Sondheim, mis en scène de Lee Blakeley.

En décembre 2006, Lambert Wilson a été dirigé sous la direction de Robert Carsen, dans la comédie musicale “Candide” de Léonard Bernstein. Cette comédie musicale a été présentée lors de sa création au Théâtre du Châtelet de Paris puis à la Scala de Milan en 2007. Ce spectacle a fait l’objet d’un enregistrement pour la chaîne Arte et la BBC. En 2010, Lambert Wilson interprêtera au Théâtre du Chatelet A Little Night Music de Stephen Sondheim toujours sous le regard de Robert Carsen.

Lambert Wilson a participé en sa qualité de récitant à de nombreux spectacles mêlant textes et musiques (La Sonate de Vinteuil (Proust), les Nuits (Musset), Les Lettres à Gala (Eluard) etc ... et à des oeuvres telles que Pierre et le Loup, L'Histoire du Soldat, Lélio, Manfred, Orphée, La Danse des Morts, Oedipus Rex, Le Roi David, The King and I sous la baguette de M. Rostropovitch, S. Ozawa, M.Corboz, F.Welser-Most, M.Janowski, G.Prêtre, K.Masur, F.Layer…

Lambert Wilson a enregistré : Le Roi David (Corboz/CASCAVELLE) Oedipus Rex (Welser-Most/EMI), Pierre et le Loup (Plasson/EMI) Rédemptions (Plasson/EMI) A Little Night Music (Cuneen/TRING) ainsi que Le Gendarme Incompris, et Lélio (Ch.Dutoit/DECCA).

En juin 1998, Lambert Wilson a tenu le rôle de Saint Sébastien dans “Le Martyre de Saint Sébastien” sous la direction de Georges Prêtre au Musikverein de Vienne, avec le Wiener Philharmoniker ainsi qu'à la Scala avec la Filarmonica della Scala en octobre 1999, puis à Paris sous la direction de Kurt Mazur au Théâtre des Champs Elysées.

En 2007, Lambert Wilson a reçu les insignes d’Officier des Arts et des Lettres par Renaud Donnedieu, Minsitre de la Culture. En 2010, Lambert Wilson a reçu les insignes d’Officier dans l’ordre Nationnal du Mérite par Frédéric Mitterand, Ministre de la Culture.
 

Les événements

  • Archives 2017
  • Concert n°39 du 06/07/2017 à 21h00
  • Archives 2014
  • Concert n°40 du 03/07/2014 à 21h00

Les médias