Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie

Avec Violaine Cochard, le clavecin dévoile, littéralement, tous ses visages. Sa formation se signale par une rigueur évidente : premiers cours dès l'âge de 8 ans auprès de Françoise Marmin à Angers, sa ville natale, études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec d'illustres professeurs (Christophe Rousset et Kenneth Gilbert), et perfectionnement auprès de Pierre Hantaï. Elle décroche au CNSM deux Premier prix, en clavecin et basse continue, en 1994. Son Premier prix au prestigieux Concours international de Montréal en 1999 ne surprend, à vrai dire, personne.
Parallèlement, Violaine Cochard entame une carrière très vite intense. Récitaliste accomplie certes, mais aussi chambriste d'exception, elle fonde très jeune l'ensemble Amarillis avec Ophélie et Héloïse Gaillard. Là aussi, la réussite ne tarde guère, et Amarillis rafle les Premiers prix de concours célèbres (York en 1995, Fnapec en 1997 et Sinfonia en 1997 avec le grand Gustav Leonhardt comme président de jury). Elle est aussi la partenaire de musiciens éminents, tels que le contre-ténor
Gérard Lesne, la gambiste Marianne Müller ou les violonistes Amandine Beyer et Stéphanie-Marie Degand.
 
Après le clavecin, la voix constitue l'autre passion de Violaine Cochard et elle figure notoirement parmi les chefs de chant les plus sollicités en Europe. Elle se consacre à son amour de l'art vocal en occupant une place centrale dans des ensembles baroques aussi importants que Les Talens Lyriques (Christophe Rousset), Le Concert d'Astrée (Emmanuelle Haïm) ou Les Arts florissants (William Christie). Il n'est pas exagéré de dire que cette vocalité naturelle fait le prix de ses interprétations au clavecin : outre la rigueur dans la construction que lui permet sa maîtrise instrumentale, Violaine Cochard fait littéralement chanter son clavier. Ses enregistrements consacrés à Bach, Couperin ou Mozart, pour les labels Ambroisie ou agOgique, en témoignent.
 
À cette palette sonore classique, Violaine Cochard a ajouté une couleur supplémentaire. Citons par exemple les parfums de l'Europe centrale, grâce à ses collaborations si fructueuses avec le groupe de musiques actuelles Tram des Balkans. Citons surtout la complicité remarquable avec le pianiste de jazz Édouard Ferlet dans un projet consacré à Bach : Violaine Cochard y exprime aussi bien son attachement à la musique du Cantor que son attachement à l'improvisation, pratique qui rejoint, somme toute, cette culture baroque qu'elle maîtrise si bien.
 

Les événements

  • Archives 2016
  • Concert n°18 du 01/07/2016 à 18h00
  • Archives 2014
  • Concert n°15 du 26/06/2014 à 19h00

Les médias