Partager

FACEBOOK Twitter Google plus Email Email

Biographie


Créée en 1981 avec Le Roi Gordogane de Radovan Ivsic, La Bouche d'Ombre s'est consacrée essentiellement aux auteurs contemporains, avec notamment : en 1983, Récit d'une passion envahissante de Bernadette le Saché; en 1984, Coulisses, texte collectif créé à partir d'improvisations; en 1985, Un hiver indiende Jacques Tessier; en 1986, L'amour/les murs de Jean-Louis Bauer; en 1989, Les solitaires de Jean-Pierre Renault; 1994-1995, Le cri des hannetons, co-écrit par Valérie Durin, Michel Motu, Michelle Rème, Rémi Secret et Dominique Verrier; 2004-05, Les hommes de rien de Eudes Labrusse.

En 1991, la compagnie redécouvre un auteur injustement oublié, Georges de Porto-Riche, avec sa pièceAmoureuse qui sera jouée jusqu'en 1995.
En 1997, Quatre Actes avec Olga adapté par Valérie Durin d'après la correspondance d'Anton Tchekhov avec Olga Knipper. 

Suivra en 1999, un travail autour des bâtisseurs de théâtre dans la Russie du début du vingtième siècle qui aboutira à Via Sébastopol de Valérie Durin.
Depuis la création de la Bouche d'Ombre les mises en scène sont de Dominique Verrier.

*************

LA MADONE DES DANCINGS OU LES MILLE VIES D'YVETTE HORNER

D'après Les grandes histoires d'Yvette, émission produite pour France-Culture, par Sylvie Gasteau. Conception et mise en scène Dominique Verrier, collaboration artistique Eudes Labrusse.
Compagnie La Bouche d'Ombre.

Ce spectacle a été conçu à partir d'une série de vingt-cinq émissions diffusées sur France-Culture, au cours desquelles Yvette Horner se confiait à la productrice Sylvie Gasteau.
Que l'on adore ou que l'on abhorre l'accordéon, le potentiel de sympathie que dégage cette artiste inclassable est sans limite et suscite une étrange fascination. De cette conversation intime se dégageait une densité humaine d'une exceptionnelle richesse, mettant en évidence la détermination et la rigueur d'une volonté indéfectible. Cette parole vivante s'est imposée d'emblée comme la matière même de ce spectacle. 

Après avoir troqué, sur le conseil de sa mère, le piano qu'elle aimait tant pour l'accordéon qu'elle redoutait, la petite fille de Tarbes est devenue à force de travail et d'opiniâtreté la grande prêtresse des salles de bals. Son sourire inimitable, ses invraisemblables tenues vestimentaires et sa chevelure incandescente ont complété l'image de l'icône populaire admirée par les plus grands musiciens et par toutes les classes de la société. 

Yvette nous ouvre ici avec pudeur et générosité son livre de souvenirs, par lequel, des fabuleuses rencontres aux épreuves les plus folles, elle nous entraîne dans le mystère d'une vie entière consacrée à la musique. Dans un récit luxuriant, la dame de Nogent jette un regard passionné sur une époque révolue et relit pour nous quelques très belles pages de notre histoire en nous donnant avec humour une magnifique leçon de vie.

 

Les événements

  • Archives 2011
  • Concert n°44 du 01/07/2011 à 16h00
  • Concert n°42 du 30/06/2011 à 18h30
  • Concert n°38 du 29/06/2011 à 16h00
  • Concert n°35 du 28/06/2011 à 18h30
  • Concert n°32 du 27/06/2011 à 18h30
  • Concert n°17 du 24/06/2011 à 16h00
  • Concert n°15 du 23/06/2011 à 18h30
  • Concert n°12 du 22/06/2011 à 17h30

Les médias